Form’Anim et Digital for Youth disent ‘non’ à l’exclusion numérique

Form’Anim asbl a été fondée en 1997 et a depuis développé divers projets qui luttent contre toute forme d’exclusion et qui portent une attention particulière aux personnes d’origine étrangère et/ou victimes de discrimination. 

Faciliter l’intégration sociale

Sarah Steffens, responsable des projets d’insertion sociale et professionnelle, explique : « Avec notre organisation nous essayons de faciliter l’intégration sociale de tous ceux qui se trouvent en situation d’exclusion, en organisant un large éventail d’activités aussi bien collectives, comme les cours de FLE, qu’individuelles comme notre offre de suivi social et administratif ou notre permanence informatique. » 

Chaque année Form’Anim reçoit en ses murs environ 800 personnes, parmi lesquelles aussi de jeunes majeurs qui se préparent à la vie adulte et indépendante. Pour ce groupe en particulier, le soutien par Digital for Youth s’est avéré extrêmement précieux.

Une jeune fille apprend à travailler sur ordinateur

Diminuer la fracture numérique

Mme Steffens confirme : « Digital for Youth nous a donné 10 ordinateurs et un budget pour les installer. Chez Form’Anim nous utilisons ces laptops à 100% et dans les circonstances les plus variées. Grâce aux laptops nous pouvons accompagner nos participants dans l’installation de la banque en ligne pour que, dans un deuxième temps, ils puissent utiliser les services bancaires en ligne de leur smartphone et en toute sécurité. Les ordinateurs nous permettent aussi de préparer les jeunes à leur examen de conduite théorique ou encore de les aider à chercher un nouveau domicile, un job. Qui plus est, les laptops nous offrent une très belle occasion de sensibiliser notre public cible autour des dangers et risques de l’internet. »

« La crise du COVID19 a au fond confirmé ce que nous savions déjà. Il existe au sein de notre société une fracture numérique bien réelle et qui risque de s’approfondir encore dans les années à venir. De plus en plus de services, aussi ceux de l’État, s’offrent uniquement en ligne ce qui risque d’exclure encore plus de personnes. Grâce au soutien de Digital for Youth nous avons pu assurer la continuité pour nos jeunes qui se sont retrouvés à la maison d’un jour à l’autre et qui n’avaient pas toujours les moyens de suivre les cours à distance. »

Mme Steffens ajoute : « Ce que nous apprécions particulièrement dans les initiatives de Digital for Youth et de la Fondation Roi Baudouin, c’est leur vision à long terme. Il ne se lancent pas dans des actions one-shot comme on en a vu plusieurs lors de cette crise. Au contraire, ils partagent notre objectif de conscientisation à tous les niveaux de la société afin de pouvoir la changer durablement et de créer une société plus inclusive pour tous. » 

« Oui, nous avons déjà des idées pour un prochain projet, » ajoute Steffens avec un grand sourire. « Que pensez-vous par exemple de l’élaboration d’un service de prêt de laptops avec une petite formation à leur utilisation à la clé ? Ne serait-ce pas une solution sociale et durable en même temps pour continuer à réduire la fracture numérique ? »